Les 10 Commandements du Voyageur Écolo

par 30 Août 2019Dossier, Numéro 40 commentaires

Si vous pensiez être débarrassé des bonnes habitudes écologiques à prendre en partant en vacances, c’est un échec ! Le tourisme étant à l’origine de près de 10 % des émissions de gaz à effet de serre selon une étude publiée dans Nature Climate Change, voici 10 commandements pour voyager tout en réduisant son empreinte carbone !

1. Ta trousse de toilette tu optimiseras
Fini les savons liquides qui fuient de partout. Adieu cotons démaquillants qui se fourrent partout. Maintenant, voyage avec des savons durs et des cotons réutilisables, tu verras, tu gagnes en place, en économie, en praticité et en respect de l’environnement !

2. Les produits locaux tu privilégieras
Voyager c’est rencontrer des gens, découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles cultures… Et par conséquent découvrir aussi la gastronomie locale ! Entre les petits marchés typiques et les restaurants pittoresques, tu as bien de quoi te nourrir ! En consommant local, tu auras accès à la fraîcheur des produits, à une économie pour ton porte-monnaie et à de succulentes recettes.

3. Changer de mode de transport tu essayeras !
Un avion dégage 360g équivalent de CO2 par personne et par kilomètre. Un train dégage 35 fois moins de CO2 que l’avion !
Alors prends ton Pass Interrail (billet de train pour parcourir toute l’Europe) et file découvrir de nouvelles cultures ! Et si vraiment tu dois prendre l’avion, renseigne-toi car certaines compagnies proposent des compensations carbone. Par exemple, Air Canada et Less Emissions ont créé en partenariat un programme pour compenser les émissions carbone que le client provoque lorsqu’il voyage. Il n’y a qu’à choisir le montant de la compensation ! Certains sites comme Goodplanet.org ou Myclimate.org vous permettent de calculer les émissions liées à votre trajet puis de soutenir financièrement un éco-projet. Deux techniques qui feront déjà une petite différence !

4. Ta panoplie réutilisable tu prépareras
Il existe 6,9 milliards de tonnes de déchets plastique dans le monde et un mégot de cigarette pollue 500 L d’eau. Prendre une gourde, un cendrier de poche et un tote bag apparaissent comme être de bonnes solutions pour limiter ces dommages environnementaux.

5. La climatisation tu limiteras
Autant dans la voiture que dans les maisons, la clim s’impose comme le nouvel équipement que tout le monde possède. Agréable par les grandes chaleurs, il ne faut pourtant pas oublier que c’est une des causes du réchauffement climatique. D’ici 2050, selon les scientifiques, nous pourrions bien doubler la part des émissions de gaz à effet de serre dues à la climatisation, ce qui, par exemple, provoquerait quatre fois plus de canicules en France. Entre quatre canicules et limiter ta clim, que choisis-tu ?

6. De ramasser des minéraux, plantes ou coraux tu t’abstiendras
Si tu fais des promenades dans la nature, ne ramasse pas des minéraux, de plantes ou de coraux. Cela pourrait altérer le milieu naturel et accélérer l’érosion des sols. Les magnifiques paysages que tu viendrais explorer disparaîtraient alors assez rapidement.

7. De la crème solaire bio, tu t’appliqueras
La plage, le soleil et l’odeur de la crème solaire… Mais crème solaire bio ! Sinon l’oxybenzone ou l’octinoxate, des produits nocifs dans nos écrans solaires pourraient bien tuer tous les coraux des mers et océans où tu auras décidé de te baigner. Une crème solaire bio contenant le moins possible de composants et avec filtres UV minéraux est donc à choisir.

8. Un scrubba bag, tu utiliseras
La lessive traditionnelle, ça use beaucoup trop d’eau. Les vêtements, c’est trop de place prise dans la valise. (peut-être supprimer le “ça” et le “c’est” ? avec “Les vêtements prennent […]”) L’alternative ? Le scrubba bag, un sac de 5L imperméable qui te permettra d’égaler une machine avec seulement 3L d’eau et 5minutes de brassage à la main. C’est LA solution qui te permettra d’être à la fois écologique et économique !
En voyant plus loin, tu peux aussi utiliser cette solution dans ta vie quotidienne ! Une machine à laver dans un petit studio étudiant, par exemple, c’est tout à fait impossible à cause du manque de place. Mais avec le srubba bag, ça le devient !

9. À ton logement, attention tu feras attention
L’environnement s’insinue jusque dans ton choix d’habitation ! Une nuit d’hôtel, c’est en moyenne 6,9 kilos de CO2 dégagés dans l’atmosphère et 178 litres d’eau, donc autant bien choisir où dormir ! Pour cela, tu pourras te fier à des écolabels ou labels écologiques. En France, il en existe plusieurs comme La Clef Verte, Eco-Gîte ou Gîte Panda. À l’international, fie-toi plus à Green Globe. Ces écolabels se basent sur de nombreux critères pour délivrer leurs précieux sésames : gestion de l’énergie, de l’eau, des déchets, sensibilisation à l’environnement, achats responsables… Avec cette garantie, tu es sûr.e de réduire ton empreinte carbone !

10. Sur l’éco-volontariat ou l’éco-tourisme tu te renseigneras
Si tu n’as jamais entendu ces deux mots, c’est normal, les deux concepts étant relativement récents. Attention cependant à ne pas confondre les deux. Dans le cadre de l’éco-tourisme, ou tourisme solidaire, ce sont de vraies vacances, dans le respect de la nature et dont le paiement (tout ou partie)(je mettrais plutôt intégral ou partiel) profite directement aux locaux ou à un programme local.
L’éco-volontariat, c’est partir bénévolement pour réaliser des missions environnementales (protéger les tortues, observer des baleines etc). Les missions ne sont pas des vacances ; souvent salissantes et chronophages, vous vivrez pendant quelques temps loin de votre mode de vie habituel.
Si tu cherches à te dépayser et à aider la Nature, ces deux concepts sont une bonne alternative à de simples congés.

 Julie